Le blog d'un pionnier du microbiote intestinal

Sclérose en plaques (SEP), des probiotiques pour calmer l’inflammation

Si les maladies auto-immunes m’intéressent tant c’est que l’on retrouve en chacune d’elles des mécanismes inflammatoires communs qui semblent prendre source dans l’intestin. N’oublions pas que l’intestin est la première barrière immunitaire et qu’il assure à lui seul 85% de ce travail de protection. 

Que se passe-t-il lorsque notre intestin, mis à mal par l’alimentation moderne, les antibiotiques ou des facteurs environnementaux devient perméable et n’est plus en mesure de jouer son rôle de muraille de Chine ? Il laisse alors passer des virus, des bactéries et autres agents pathogènes qui vont affoler le système immunitaire, lequel combiné à une prédisposition ou à d’autres facteurs ouvre la voie à la maladie auto-immune.

Dans le cas de la sclérose en plaque par exemple, le système immunitaire s’attaque aux gaines de myéline du système nerveux central et peut provoquer avec le temps chez les personnes qui en sont atteintes des séquelles très invalidantes.

Si j’aborde plus particulièrement le sujet de la sclérose en plaque c’est qu’une étude portant sur cette maladie dans laquelle La Formulation De Simone est utilisée livre aujourd’hui ses résultats. Cette étude américaine conduite par une équipe de chercheurs d’Harvard auprès d’un groupe de patients atteint de SEP cyclique et d’un groupe contrôle visait à vérifier l’action du microbiote sur les processus inflammatoires observés dans cette maladie.1

A l’issue de deux mois de supplémentation du probiotique, les chercheurs ont pu observer dans la flore intestinale des deux groupes un enrichissement des bactéries Lactobacillus, Streptococcus, et Bifidobacterium mais les résultats les plus intéressants portent sur la réponse immunitaire chez les patients SEP. Les chercheurs ont constaté une baisse des monocytes inflammatoires et pu ainsi démontrer que le microbiote n’est pas neutre dans l’activation inflammatoire.

« Cette étude ne visait pas évaluer si la supplémentation en probiotiques pouvait améliorer la maladie de ces patients sur le long terme, et il sera sans doute intéressant de vérifier ce point dans une étude ultérieure. Elle montre cependant toute l’importance d’un microbiote sain et protecteur pour mieux faire face à de nombreuses maladies. »

Pr De Simone, A propos

Laisser un commentaire