Le blog d'un pionnier du microbiote intestinal

Mieux comprendre et soigner la colopathie fonctionnelle

« Intestin irritable, les raisons de la colère: colopathie fonctionnelle, mieux la comprendre, mieux la soigner »

320 pages, Larousse (février 2016), 15,95€
Gastro-entérologue, le Pr Jean-Marc Sabaté est à travers son cursus hospitalier et son activité clinique un spécialiste de la prise en charge des maladies du tube digestif, notamment les «troubles fonctionnels digestifs», la colopathie fonctionnelle ou syndrome de l’intestin irritable (SII).

Pr Jean-Marc Sabaté: « la colopathie fonctionnelle doit être mieux prise en charge »

Pourquoi ce livre, quelle est votre colère ?


C’est un sentiment relatif bien sûr, et il s’applique surtout au sort de patients qui souvent souffrent longtemps avant qu’on les écoute et ne trouvent des améliorations de leur qualité de vie qu’après un long parcours. J’avais depuis longtemps envisagé de faire un livre qui puisse toucher le plus grand nombre et qui me permette d’expliquer la maladie et au passage combattre quelques idées fausses. Je voulais aussi présenter les progrès réalisés dans la compréhension des mécanismes et l’état actuel des traitements disponibles. Le tube digestif étant d’ailleurs un sujet à la mode avec toutes les approximations qu’on imagine, il fallait dire les choses avec exactitude et recul.

Pourquoi s’intéresser à une maladie non reconnue ?

Je considère que ces patients que je prends en charge au quotidien méritent une attention au même titre que ceux qui souffrent de maladies inflammatoires reconnues comme la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique ou de cancers, ce qui est loin d’être le cas.

Ils sont le plus souvent considérés avec scepticisme, voire déni, ce qui n’aide pas à leur reconnaissance sociale et les laisse désemparés pendant de longues périodes.

Avant de croiser un service comme le nôtre, ils restent dans un état social difficile, avec des manifestations incapacitantes les obligeant à suspendre parfois leur activité professionnelle, et pour certains à renoncer à une vie affective. Reconnaître leur état c’est les aider à rétablir une vie plus normale.

Plus sur Télématin :

Émission du 15/03/2016

Voir Télématin

On peut parler d’un arsenal qui cible des mécanismes différents dont on sait que les résultats ne sont pas généralisables

Quels sont les avancées et comment pratiquez-vous ?

L’écoute est très importante et je propose des scénarios sur plusieurs mois du fait des délais entre deux rendez-vous, avec différentes stratégies que le patient va tester successivement. Si l’approche n°1 marche, on continue, si non, le patient passe à la suivante sans devoir attendre. Je suis optimiste, nous considérons que nous améliorons la qualité de vie de 80 % de nos malades. On peut parler d’un arsenal qui cible des mécanismes différents dont on sait que les résultats ne sont pas généralisables, comme le régime, l’usage de compléments alimentaires dont les probiotiques, certains anti-dépresseurs, et plus généralement une éducation thérapeutique approfondie. L’approche alimentaire des FODMAP donne des résultats appréciables, ainsi que diverses thérapies complémentaires comme l’hypnose et la sophrologie, toutes ces approches donnant sans surprise des améliorations variables selon les sujets.
Une autre dimension que nous avons pu apporter est de proposer aux patients de rejoindre l’association de patients que nous avons créée, l’APSSII pour trouver de l’écoute et des conseils de la part de personnes souffrant comme eux.

Que pensez-vous des probiotiques ?

Je suis extrêmement surpris lorsque j’interroge mes patients qu’ils ne sachent pas ce qu’ils prennent. Le marketing y est prépondérant, et des produits sans support d’études sérieuses ou publiant des résultats favorables chez l’animal en omettant les résultats négatifs chez l’homme coexistent avec quelques rares produits qui ont été étudiés. J’ai employé la métaphore de la voiture pour faire comprendre qu’il faut entrer dans les détails (marque, cylindrée, carburant…) pour comprendre avec quoi on roule. Il faut faire le même effort pour éduquer les patients à comprendre ce qu’ils prennent et mettre en avant les probiotiques qui ont des études sérieuses et ne cachent pas les résultats mitigés. Pour la colopathie fonctionnelle nous savons que les scénarios que nous proposons seront diversement favorables et en aucun cas généralisables. La formulation du Pr De Simone est digne d’intérêt à cet égard pour les maladies inflammatoires du tube digestif (maladie de Crohn et rectocolite hémorragique), avec moins d’évidence positive pour les SII, bien que pour les ballonnements des effets pourraient être attendus, sous réserve d’investigations.

Plus d’information sur l’APSSII, et pour adhérer : le site de l’APSSII
APSSII – Secrétariat du Pr Sabaté
Service d’Hépato-Gastro-Entérologie
Hôpital Louis-MOURIER
178 rue des Renouillers
92700 Colombes
secretariat@apssii.org
07.83.25.82.60

Laisser un commentaire